Quels voyageurs en 2030 ?

La commission e-tourisme de La Melee Numérique a organisé à Toulouse, un afterwork le mardi 4 juin 2019 sur le thème « Comment répondre aux attentes des voyageurs de 2030 ? ». Une très belle photo de Henrique Ferreira pour illustrer les propos qui se sont tenus hier soir durant la table ronde e-tourisme organisé à Toulouse.

Le profil du voyageur est de plus en plus insaisissable pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas de profil type. Pourtant, Certaines grandes tendances méritent d’être citées. Benoit Auvray , Responsable Etudes & Développement à l’Agence d’Attractivité de Toulouse Métropole nous décrit le voyageur de 2030 comme un découvreur, curieux d’apprendre sur les régions qu’il visite. Sensible à l’instant présent, il va là où l’information se trouve, le plus rapidement possible et sans intermédiation. Il est individualiste dans la mesure où il recherche une expérience unique de voyage. Enfin, le tourisme durable est un critère de plus en plus important. Soucieux de son impact environnemental et sur les populations locales, il souhaite privilégier des circuits touristiques dans ce sens.

Le digital est un outil indispensable et peut répondre à bien des problématiques auxquelles les voyageurs font face. Thibault Descombes, fondateur et CEO de la start-up Flybot nous prouve qu’avec une utilisation judicieuse des technologies numériques, il est possible de répondre aux défis de demain. L’activité conversationnelle générée par les chatbots est un atout indéniable dans le secteur du tourisme. Plus qu’un comparateur de vol, Flybot se meut également en conseiller virtuel pour aider le voyageur à trouver l’information clé.

Pierrick Lepertel de la Direction Développement Extra Aéronautique à l’aéroport de Toulouse-Blagnac nous invite à revoir également nos modes de fonctionnement pour être plus agile. L’agilité n’est pas seulement une compétence technique mais une culture du changement qui permettra aux organisations publiques et privés, dans le secteur du tourisme entre autres, à élaborer des stratégies d’adaptation aux logiques des usagers. Ces derniers sont de plus en plus autonomes dans leurs processus de décision et d’achats et accordent une grande importance aux recommandations des autres voyageurs.

Enfin, Emmanuel Hilaire, Directeur de l’Hôtel Albert 1er à Toulouse nous apporte un témoignage éclairant sur la façon dont aujourd’hui les hôtels indépendants se remettent en question face à la désintermédiation des grandes plateformes collaboratives comme Airbnb, Booking, etc. “Le contact humain fait partie du voyage”. Etre un bon hôtelier, ce n’est pas seulement proposer un hébergement, c’est également conseiller en séjour ses visiteurs et leur proposer une expérience authentique d’hospitalité.

70% des touristes à travers le monde ne visitent que 10% des destinations mondiales“, c’est l’un des chiffres que nous retiendrons durant cette table ronde. Alors que certaines zones souffrent du sur-tourisme, d’autres sont complètement boudés par les touristes. Il est certain que le tourisme se réinvente et laisse place à une approche plus inclusive qui permet de gérer les flux touristiques sans avoir à mettre en place des contraintes. Pourtant, certains pays se voient obligés de mettre en place des quotas de visites, voir de faire payer l’entrée à une ville comme le démontre l’exemple du surtourisme à Venise. Le sur-tourisme est une réalité pourtant il existe plusieurs moyens de contrer ses effets pervers et de permettre au secteur touristique de se développer durablement.