Le programme Copernicus pour remonter la piste des pollutions hydrocarbures au Brésil

Les images satellites sont un outil puissant pour observer et alerter. Mandaté par la Commission Européenne, l’ESA (Agende Spatiale Européenne) a mis en oeuvre les satellites Sentinel, vigiles de la planète. Grâce au programme Copernicus, il est possible de détecter des pollutions hydrocarbures et de tout mettre en oeuvre pour découvrir l’origine de cette catastrophe de grande ampleur.

Chez MURMURATION, nous attestons de la situation catastrophique que vit en ce moment le Brésil. Grâce aux données satellites Sentinel, nous sommes en mesure de détecter des pollutions hydrocarbures au large des côtes brésiliennes situées à l’Est, dans l’état de Bahia.

Une nappe de pétrole visible sur une image radar satellite Sentinel 1

Des nappes de pétrole sont observées sur une étendue de 20km, ce qui correspond à 800 terrains de Tennis !

Les images radar Sentinel 1 du programme Copernicus doivent fournir l’imagerie de tout temps (nuit, couverture nuageuse,…) permettant ainsi le traitement des situations d’urgence (catastrophes naturelles,…) et le suivi environnemental (banquise, forêts, glissement de terrain, …).

Une nappe de pétrole visible sur une image optique satellite Sentinel 3

Une étendue d’environ 10 km de nappes de pétrole a été observée au large de Açu de Torre … ce qui correspond à près de 400 terrains de Tennis !

Les images satellites Sentinel 3 OLCI (Ocean and Land Color Instrument) permettent, grâce à des niveaux de couleurs (bandes spectrales), de mesurer l’état des océans (courant, vie marine…) et des zones côtières (pollution, courant…).


La marée noire brésilienne est une catastrophe écologique sans précédent avec un impact à court, moyen et long terme, sur la faune et la flore ainsi que l’économie du pays. Les écosystèmes marins se retrouvent englués tandis que l’économie du pays peut être grandement affectée. les plages brésiliennes, réputées comme étant les plus belles plages du monde et les plus touristiques, risquent d’être désertées par les voyageurs. Le secteur du tourisme est déjà fortement impacté par la situation mais le plus grave est à venir. Le nettoyage s’avère être quasi-impossible dans les conditions actuels.

Add Coment