BALI : Surtourisme. Comment faire face à la pression environnementale ?

Le Centre commun de recherche (JRC) de la Commission européenne a déployé des efforts considérables pour cartographier les zones bâties de la planète. Le résultat de cet effort est un code source ouvert, des outils ouverts et des couches de cartes disponible sur le site Europa.eu. L’utilisation de ces cartes permet de comprendre comment les zones urbaines ont évolué à Bali au fil du temps. Les résultats, illustrés dans la carte suivante, illustrent l’évolution de 1975 à 2015. L’avantage principale de l’utilisation de l’imagerie par satellite est que nous pouvons remonter dans le temps pour effectuer une analyse spatiale.

bali tourism animation maps

Nous avons souhaité répondre à la problématique suivante : Comment comprendre notre impact et contribuer à le réduire ?

Dans cette étude de cas, nous allons vous démontrer qu’il est possible de quantifier son impact afin de mettre en place les mesures nécessaires à l’échelle d’une région touristique, dans notre cas il s’agit de Bali, une île indonésienne célèbre pour ses montagnes volcaniques boisées, ses rizières, ses plages et ses récifs coralliens.

Une consommation d’eau … multipliée par 5 !

S’exprimant lors du salon allemand ITB à Berlin, M. Stroma Cole, directeur de Equality in Tourism, souligne qu’une gestion durable de l’eau est un des facteurs essentiels pour le développement du tourisme dans les années à venir. Elle a également mentionné que Bali sera confrontée à un point critique en 2020 concernant l’offre et la demande en eau. Cette conclusion s’appuie sur les constatations de plusieurs organismes de surveillance, par exemple la Bali Hotel Association (BHA) et Howarth HTL, qui indiquent que l’utilisation quotidienne supposée de l’eau douce est de 183 litres, alors que pour un hôtel 2 étoiles, la consommation est de 1000 litres. Sachant que bon nombre d’hôtels sont au moins 2 étoiles à Bali, le ratio de consommation d’eau devrait être supérieur à 1 sur 5. La popularité de Bali en tant que destination de vacances a un impact considérable sur les réserves d’eau.

Pour que Bali reste le lieu de vacance préféré des touristes et que l’impact environnemental soit amoindri, nous proposons de réfléchir à son impact éventuel et de proposer à la communauté des voyageurs la possibilité d’influer positivement sur les décisions locales.

Etape 1 : constituer un ensemble de données pour confirmer son hypothèse

Tenter d’identifier les modèles de croissance des zones résidentielles est quelque chose que les données d’observation de la Terre par satellite produisent d’excellents résultats grâce à la couverture mondiale et à la diversité des capteurs.

Etape 2 : Une cartographie historique de l’évolution de l’afflux des touristes

L’avantage principale de l’utilisation de l’imagerie par satellite est que nous pouvons remonter dans le temps pour effectuer une analyse spatiale.

Etape 3 : Déterminer l’augmentation du nombre de zones d’hébergement

Si cette croissance démographique peut aider à expliquer l’accroissement de la population dans les centres urbains denses (les points rouges sur la carte), elle n’explique pas l’augmentation des grappes urbaines à faible densité (les zones oranges sur la carte).